Titre1

Les orphelins Moutard

  • Présentation

  • Dossier

  • Comptes-rendus

  • Photos

  • Vidéos

  • Presse

  • Texte

  • Communication

  • Diffusion

  • Journal

  • F. Tech.

  • Répétitions

  • Avis

  • Artistes

  • Bureau

  • Administratif

  • Contacts

  • Actualités

  • Spectacles

 
Création
Un spectacle
Par les communes

Créé le 5.VI.2015
à Rilly-la-Montagne.

Avec Bernard Assier, Rémi Costa,
Élodie Cotin, Jean-Claude Faure,
Édouard Frigout, Manon Meli,
Lou Mary, Isabelle Morin,
Serge Noël et Christian Termis.
les habitants de Rilly-la-Montagne,
Germaine, Louvois, Vandières,
Villers-Allerand, Châtillon-sur-Marne,
Chamery, Venteuil
et Fleury-la-Rivière,
la troupe du Chaudron
et celle des Fourberies des patelins.
Mise en scène d’Élodie Cotin,
Serge Noël et Christian Termis
assistés de Lou Mary
Texte de Sébastien Weber
Chansons de Bernard Weber,
Rémi Costa et Lou Mary
Lumières et régie générale :
Mazda Mofid, Thierry Éveloy
et Nicolas Oudin
Création video :
Stéphane Bordonaro
Construction(s) : Philippe Billoud
Conseil scénographique :
Chantal Cotin
Collecte de mémoire :
Aurélie Melin (Villa Bissinger).
Contacts
Élodie Cotin
Émilie Renoir-Sibler (P.N.R.M.R)
03 26 59 44 44
Télecharger
Texte / Affiche / Flyer

Rien n'est vrai, tout est faux…

Inspirée d’un épisode réel ayant eu lieu en 1915, la pièce raconte l’histoire de deux orphelins de guerre dont la mère s’est suicidée après que son mari ait été fusillé suite à une prétendue désertion. Vite devenus les souffre-douleurs de leurs congénères au sein de l’orphelinat où ils ont été placés, et en butte à la violence des institutions, la jeune fille et son frère décident de fuir pour retrouver le responsable de l’exécution de leur père dans l’espoir de laver l’honneur de celui-ci.

Les voici partis sur les routes de la France en guerre. Ce périple, qui les mène de l’intérieur du pays à la ligne de front, est évidemment jalonné de rencontres avec tout ce que le pays compte de soldats, de planqués, de gradés, de profiteurs de guerre, de prostituées, d’imbéciles, de braves et de salauds.

Rien n'est faux, tout est vrai…

Ce sont les comédiens de la troupe de l’Illustre Compagnie, qui jouent pour le théâtre aux armées et que les spectateurs connaissent déjà pour les avoir vus à l’œuvre dans Jour de la nuit, Le bal des conscrits, Machinerie ou encore Noces de craie, qui finiront par les introduire auprès du colonel Duparc, militaire névrosé, ambitieux et passablement sociopathe. Mais la rencontre des enfants avec le juge de leur père n’aura pas l’issue escomptée…

« Enfants de putain… »

Vidéo(s) : Thimoté Costa

Photographie(s) : Antoine Éloi

Journal L'UNION — 4 Juin 2015

Quand les habitants montent sur scène

Ils sont bénévoles, motivés et plus ou moins stressés. Dimanche, c’était répétition générale pour 140 habitants de neuf villages de la Montagne de Reims.

Sa jambe cassée est coincée dans une attelle de fortune. Avec sa canne, il boite, mais Yohann Michaux a le sourire. Il vient d’enfiler son costume de militaire et attend sagement son passage sur scène. Comme 140 autres habitants de neuf villages de la Montagne de Reims, il participe au spectacle Les ténébreuses machinations des orphelins Moutard, à l’initiative du Parc Naturel de la Montagne de Reims, dans le cadre des commémorations de la Grande Guerre. Dans la vraie vie, il ne revient pas blessé de la guerre, il n’est pas en 1915 dans ce train qui rejoint Epernay. Yohann Michaux, 35 ans, est prestataire viticole et conseiller municipal de Venteuil. Il ne reste sur scène que quelques minutes mais ne regrette pas de s’être lancé dans l’aventure avec sa femme et ses deux enfants. « Ca permet de nous réunir et de passer un bon moment, confie-t-il. Et puis ça resserre les liens familiaux. ». Gabriel Couvreur lui est un peu stressé. A 69 ans, ce viticulteur à la retraite de Rilly-la-Montagne, monte sur scène pour la première fois, dans la peau du sous-préfet de Reims, rien que ça. « C’est un tout petit rôle. Je n’ai qu’une tirade, mais bon… » Pour l’occasion, il a ressorti la montre à gousset de son grand-père René.

Même pas peur pour Gaspard, 6 ans. Comme Marie-Lou, sa sœur jumelle, il joue un orphelin. « Je tape sur des cailloux, c’est sympa. » Sur scène, le maton de l’institution où il a été placé n’est autre que son père Nicolas Chauvet. « Je ne devais pas jouer au début. Je voulais juste faire découvrir le théâtre à mes enfants. ».

Alice Renard

Journal L'UNION — 30 mai 2015

139 comédiens amateurs sur scène

Depuis plusieurs semaines, les répétitions du spectacle participatif organisé par le parc naturel régional de la montagne de Reims, battent leur plein. Ce spectacle s’inscrit dans le cadre des commémorations du centenaire de la Grande Guerre. Ce sont donc 139 comédiens amateurs, habitants des villages participants à ce projet, qui se retrouvent plusieurs fois par semaine pour répéter les textes, mettre en place les déplacements, les jeux de scène…

Pas facile de trouver des horaires qui correspondent à tous, car tous travaillent. Mais la passion du théâtre, la joie de se rencontrer, de partager ces moments font qu’ils sont toujours présents. Ces répétitions se font sous l’œil attentif et bienveillant des membres de la compagnie du Diable à 4 pattes avec Elodie Cotin, Christian Termis et Serge Noël qui n’hésitent pas à leur transmettre leur savoir, leur expérience…

Les ténébreuses machinations des orphelins Moutard est une pièce qui s’inspire d’un épisode réel ayant eu lieu en 1915. Une pièce en trois actes, écrite par Sébastien Weber, ayant pour but de faire jouer sur une même scène 139 comédiens amateurs, la troupe de la compagnie du Diable à 4 pattes et les troupes amateurs du Chaudron et de Rosnay.

Deux orphelins de guerre, dont la mère s’est suicidée après que son mari a été condamné à mort, décident de partir sur les toues de la France en guerre. Ils vont traverser la ligne de front et rencontrer toute sorte de personnes et de situations. Ils veulent retrouver le colonel responsable de l’exécution de leur père dans l’espoir de laver son honneur.

Un tableau interprété par les comédiens amateurs de Venteuil et Fleury-la-Rivière est celui des trois sorcières qui nettoient les âmes des soldats morts avant qu’ils ne montent au ciel. Maryse, Pascale et Chantal se transforment en Nona, Décima et Morta et dépouillent les morts de leurs souvenirs… Un dialogue entre les trois sœurs qui mêle à la fois la comédie et la tragédie. Servi à la sauce shakespearienne.

Au cachot…

Pierrot. – Quinze jours. Une fenêtre grande comme ça à trois mètres de haut. Pas de vêtement, juste un drap troué. Le froid du matin au soir et toute la nuit le froid. Mathilde ? Mathilde ? Deux fois par jour, la porte ouverte. Une fois pour vider ta merde, une autre pour ton eau, ton pain. Sinon, rien. Rien du soir au matin et toute la nuit rien. Rien.

Mathilde. – Pierrot ? Pierrot ?… Il fait froid, c’est gris. Tu as quinze jours. Si tu pourris pas, tu mûris, tu mûris vite. Mais tu mûris bizarre, tout de traviole, avec des idées dans la caboche comme tu n’en jamais eues. Maman ? Maman ?

Pierrot. – Des drôles d’idées dans la caboche. Ça frappe, ça tourne, ça cogne, ça frappe, ça tourne. Faut dire qu’un an avant, il y en a eu un dans la cellule, un accident : santé fragile, petite nature, n’a pas supporté la discipline. À quoi ça tient qu’on vit ? Mathilde ! Mathilde !

Mathilde. – À quoi ça tient ? À quoi ça tient ? À quoi ça tient ? Ça tient tout juste. Ça ne tient pas. Ça tient à peine. Ça tient à rien. Tu te retiens, c’est tout, tu tombes, tu tombes, tu tombes et tu te retiens.

Pierrot. – Tu tombes, tu tombes et puis parfois la nuit tu dors. Et quand tu dors, la nuit, il y a les mains. Les mains d’avant, les mains de papa, celles de maman, les mains sur nos fronts, leurs mains dans nos cheveux. Et leur odeur.

Mathilde. – Alors, dans le silence interminable des jours qui n’en finissent pas d’être gris, entre les deux claquements de la porte, une fois ta merde, une fois ton pain, alors, alors il y a ce qui reste. Et ce qui reste est dur et tranchant comme une lame.

Miracle…

Antoine. – Les temps sont durs, il payait bien, et nous voilà, nous, à jouer les utilités pour l’agrément d’un colonel amateur d’art dans un petit village traversé d’hommes en troupeau à deux kilomètres de la ligne de feu. Les temps sont durs. Le village s’appelait Souain. Il logeait, le colonel, dans le presbytère et nous dans la petite maison d’en face. Les hommes, eux, la rue, les granges, ce qui restait du village. On répétait Phèdre, on nous avait appris le maniement des masques à gaz. Plusieurs fois par jour, la terre tremblait, les murs tremblaient, l’air s’emplissait d’un fracas assourdissant. Le soir, l’ordonnance venait nous chercher, on traversait la rue boueuse et glacée, encombrée d’hommes exténués, et dans le salon du presbytère, pour le colonel et pour lui seul, on jouait. C’était Phèdre, c’était Hamlet — après tout, il payait, il payait bien. La peur nous avait quittés, le front ne bougeait pas, Baramu disait qu’il était stable. La stabilité coûte cher — les bois alentour formaient une ligne sombre au-delà de laquelle quelque chose, le front, avalait chaque jour des dizaines d’hommes, parfois des centaines. Pour l’évacuation des blessés, c’était un chantier sans nom. Le village ne compte qu’une seule rue étroite. Les ambulanciers manœuvraient comme ils pouvaient, mais avec la neige qui tombait et qui n’arrêtait pas de tomber, on n’en vit bientôt plus un seul. Les hommes mouraient à même la rue, dans cette unique rue étroite. Et c’est là qu’a eu lieu le miracle. C’est ainsi que les hommes du régiment l’ont appelé, le miracle. C’était après une attaque particulièrement violente. Deux brancardiers reviennent des bois. Il a fallu, pour qu’ils puissent partir, attendre que la neige tombe moins fort, on n’y voyait pas à deux mètres. Bref, ils sont partis après l’attaque avec d’autres pour le front, le champ de bataille. Et voilà que deux d’entre eux reviennent en courant.

Armande. – « Place, place ! » qu’ils crient. « Miracle, miracle ! » Comme ça, tout debout au milieu de la rue, en sautant par dessus les blessés et les agonisants. Ils trimballent leur brancard comme des porteurs de reliques. « Miracle ! Miracle ! » Et sur le brancard, pas de relique, les deux gosses enlacés, Mathilde et Pierrot — on ne connaît pas encore leurs noms, évidemment. « Vivants ? » qu’ils demandent les hommes, les valides, penchés sur les gamins enlacés, tout bleus, à moitié gelés. « Vivants ! Oui, vivants ! Miracle ! Miracle ! » Chez le colonel, on n’ose pas, mais chez nous, oui, bien sûr. On bourre le poêle de charbon, on tisonne. On les déshabille, on les frictionne, Mathurin concède un peu d’eau-de-vie. Les grosses paluches de tueurs qui se mettent à frotter la peau des anges. On n’en revient pas. Les hommes n’en reviennent pas. Eux, ils savent très bien ce qu’il y a au-delà de la ligne sombre du bois, là-bas, au-delà des forêts : on n’en revient pas de là-bas, pas comme ça. « Miracle… Miracle… » On le criait tout à l’heure, maintenant on le murmure. On trouve à Pierrot des ressemblances avec un fils, avec un frère, un jeune frère. « C’est le portrait de mon petiot tout craché… » « Mon Dieu, Jésus, Marie, Joseph, c’est tout mon frangin… » On murmure, on pleure presque. Et Mathilde, c’est l’infante, la gamine, la marmouflette. « Mais frictionne, toi, frictionne ! Ils respirent, ils respirent au moins ? Ils respirent ?  » On se penche, on écoute, on guette. Et voilà : un souffle, un tout petit souffle, un tout petit souffle de rien, un souffle minuscule. C’est Mathilde qui l’exhale. Du rose, du rose à ses joues ! « Et lui ! Et lui ! Donne ta bouteille toi ! Donne ! » Mathurin voit toute son eau-de-vie y passer, mais Pierrot, qui ressemble à un fils, qui ressemble à un frère, Pierrot revient, Pierrot revient à son tour ! « Reuh ! Reuh ! » Il y en a un qui crie « Alléluia ! » et puis un autre « Putain de bordel de merde ! » Et puis il y a eu le gros silence. Ils ont regardé Mona. Puis il m’ont regardée. Question de poitrine, à tous les coups. Deux femmes dans un village à deux kilomètres de la ligne de front… De toute façon, c’était ça ou bien quoi ? Alors, va pour jouer les nourrices un moment.

Mona. – Moi, les gosses, pff… Mais là… Je ne sais pas… Des gosses, des gosses dans des états terribles, j’en ai vus partout. On en voit tous, il y en a partout. Aux portes des villes, à la sortie des usines. Dans les rues. Dans des cours de ferme, où ils valent moins que le cheval. Sur des bateaux, fuyant des guerres. Des gosses malades, avec rien sur la peau et la peau sur les os. Dans des asiles, dans des prisons. Des gamins, des gamines à l’encan dans des bordels. J’en ai vus souvent. On en voit tous. Et parfois aussi, j’en ai chassés, agacée, qui mendiaient à la table du restaurant où je dînais ce soir-là. Dans les bons jours, on les congédie d’une piécette, ils disparaissent, il doit y avoir un trou d’où ils sortent et où ils rampent une fois la piécette obtenue ou bien le coup de pied au cul. Ils disparaissent, on oublie, jusqu’au prochain, qui n’est pas le même, mais qui n’a pas de nom, qui n’a pas de nom non plus, qui n’en aura jamais. On s’en fait des raisons. Des milliers de raisons pour que ces gosses meurent sans qu’on n’y puisse rien, sans qu’on n’en sache grand-chose. Des milliers de raisons qui forment un voile devant les yeux. C’est comme ça. C’est la vie. On y peut quoi ? Et c’est vrai sans doute, on n’y peut quoi ? Mais là, dans la neige, dans cette forêt démolie, dans cette forêt sans dessus dessous, avec partout des cadavres, partout du barbelé, là, dans la neige, dans cette forêt, ces deux mômes, deux chiards qu’à Paris je n’aurais même pas remarqués, à peine deux taches plus sombres sur les murs noirs de suie, dans le pire des cas un léger contretemps, là, dans la neige, peut-être parce que ça me rappelait les contes de mon enfance, la neige et la forêt… Et peut-être aussi, il faut bien l’avouer, peut-être aussi à cause de ce geste agacé que j’avais eu un soir au restaurant…

Sébastien Weber – Arty-Venteuil – Le 9 juin 2015 :

Merci à…

Aux comédiens d’abord, et tout particulièrement à tous, c’est-à-dire à Philippe Gaillard qui a endossé la défroque du sale type qu’on est bien content de voir mourir à la fin ; à Manon Méli et à Édouard Frigout dont la jeunesse n’a d’égal que le talent, l’audace et l’ardeur d’apprendre et qui deux soirs d’affilée brûlèrent les planches ; à Sylviane Carnoye et Denis Herlant, lumières des presbytères et authentiques phares spirituels de ce spectacle ; à Alain Colzy et Hasina Prola, modernes Laurel et Hardy dont l’une se fit peindre des moustaches tandis que l’autre y laissait quelques poils ; à Johanne Lagonotte, Christelle Frigout et Myriam Liot qui surent mettre leurs bienveillance et leur charme de côté pour camper d’abominables et glaçantes harpies ; à Jean-Michel Beghin et Nicolas Chauvet plus vrais que nature dans leurs rôles de pédagogues à l’ancienne ; aux malheureux élèves casseurs de cailloux de ces derniers, Charlotte Bardiaux, Bastien Batlle, Louise Beghin, Agathe Chauvet, Gaspard Chauvet, Marilou Chauvet, Salomé Chauvet, Timéo Liger, Lola Murgratroyd, Louise Péhu, Baptiste Prak et Romane Prak, dont il faut souhaiter qu’ils ne retiendront rien de l’absurde leçon qui leur fut assénée ces soirs-là ; à Jean Michel au naturel fort éloigné — Dieu merci ! — du caractère de son personnage qu’il incarna cependant avec une conviction à faire peur ; à Lily Rogier, parfaite en peste rebelle martyrisant ses compagnes d’infortune parce que si la vie vous mord les dents vous poussent ; à Lylou Lagonotte et Ambre Prola, cueilleuses de pommes solides et consciencieuses ; à Marie Colzy qui ne sait pas fumer mais sait sacrément bien jouer la comédie ; à Gaëlle Noiselet, veuve d’abord, prostituée ensuite, ce qui n’est vraiment pas de chance quand on y réfléchit ; à Delphine Villenet, Edwige Noiselet, Laure Boever et Claude Boever, pleureuses si admirables qu’on se serait cru en Sicile la langue et le soleil en moins ; à Françoise Schuele, remontée vaillamment en selle après une chute dont peu se seraient remis — bravo ! — ; à Annick Picart, Francine Loriot et Annie Martin, toujours impeccables dans leurs habits de bourgeoises ; à Jean-Claude Maucourant, sociétaire indétrônable de la troupe de Germaine ; à Marie Devienne qui troqua l’accent lorrain pour l’accent marnais et s’en doit parfois mordre les doigts ; à Isabelle Berlandi qui donna avec art et détermination la réplique à la précédente ; à Mauricette Scholtès qui sut résumer avec tranchant l’épineuse question des réfugiés lorrains ; à Anna Aguzzdi-Jacquier, Florence Michel, Isabelle Robert, Aline Buquet, Christine Richez, Laurence Gérard et Ginette Guilteaux qui firent avec éclat le procès à charge et à décharge d’un certain monsieur Citroën dont on oublie trop souvent que les chevrons furent sanglants ; à Manu Jacques et Lili Maucourant, étincelantes en future madame Landru et sa confidente ; à Jean-Jacques Martin et Johan Gallet, gais lurons en goguette et chair à canon en gestation ; à Philippe Billoud que ses fâcheuses convictions politiques n’empêchent pas de travailler ; à Anne Gaillard, Marielle Cadel et Isabelle Billoud, dont les aptitudes à la censure se sont révélées dans toute leur inquiétante et joviale froideur ; à Philippe Feneuil, remarquable de vérité dans le rôle d’un père fou d’alcool et de chagrin ; à Guy Pointillart qui fit siffler le train trois fois au moins ; à Nathalie Thomas, Nathalie Léger-Liébart, Léo Léger, Pauline Léger, Jessica Petit, Flavien Jacob, Céline Benallaoua et Yohan Michaux qui formèrent un genre de cas d’école digne d’être étudié dans les séminaires consacrés aux dérèglements familiaux ; à Gaëlle Ducoisy, Brigitte Allouchery, Maryline Lagauche, Jacky Guilpin, Jean-Marie Allouchery, Christine Lainé, Christophe Lainé et Antoine Merey d’avoir su si bellement rendre l’atmosphère d’un quai de gare ensanglanté ; à Jeannine Guignon, Édith Chassaigne, Edwige Cestia et Manon Martin d’être ce qu’elles sont, c’est-à-dire des êtres formidables, des amies et des comédiennes hors pair ; à Rémi Picart que son état d’homme paisible ne doit pas décourager de devenir un authentique sociopathe indifférent à la douleur d’autrui, il semble posséder toutes les qualités requises ; à Mathieu Noiselet et Romain Noiselet pour leur tout simplement éblouissante prestation ; à Luna Gaillard, Maëlys Gaillard, Galen Gaillard, Léo Morelle et Clara Boever, adorables enfants de rien, remarquables enfants de putains ; à Cécile Gallimand, Audrey Cornu, Ingrid Noiselet, Isabelle Glavier, Stéphanie Jardelle, mères théâtrales des précédents et toutes fort belles, talentueuses et sérieusement appétissantes ; à Laurence Lalin qui donna à entendre clairement ce que nombre de misérables crétins devraient un jour enfin comprendre ; à Pascal Cadel et Yves-Marie Hemara, incarnations sobres et donc ad-hoc du type même des michetons sus-mentionnés ; à Didier de Amorin, Gabriel Couvreur, Éric Chanez, Jacqueline Morville, Dominique Locquegnies, Thomas Bardoux, Géraldine Chauvet, Floriane Bardiaux, Alexandre Courant, Jeannine Beghin, Isabelle Prak, Anne Duchène, Marceau Locquegnies, nouveaux venus, bien venus, enthousiastes, on compte sur vous pour la prochaine fois ; à Patrice Tournant et Jocelin Jacob qui surent avec superbe mourir pour la bonne cause ; à Maryse Mignon, Pascale Petit et Chantal Jacob, des trésors, de grandes dames et, au vu de leur prestation, à tous les coups de véritables sorcières ; à Rose, enfin, Rose de Venteuil dont la présence muette fut la lumière paisible dedans ce grand bazar…

Et aussi à…

Mazda Mofid à qui il faut signaler que la place de Dieu va bientôt se libérer et qu’il serait inspiré de postuler compte tenu des miracles qu’il est capable d’accomplir ; à Thierry Éveloy et Nicolas Oudin, qu’on verrait bien en Fils et en Saint-Esprit au cas où le premier se décidait ; à Stéphane Bordonaro qui fit, merveilleusement et génialement, feu de si peu de bois ; à Rémi Costa, Lou Mary et Bernard Weber pour l’avenir enfin radieux de la chanson française ; à Philippe Billoud qui en plus d’avoir le couteau entre les dents n’est pas tout à fait manchot avec un tournevis ; à Chantal Cotin dont les conseils furent, nous l’espérons, suivis d’effets régnants ; à Mathieu Toubart, sourcilleux et cependant bienveillant administrateur des comptes fragiles de cette compagnie solide ; à Aurélie Melin pour l’ensemble de son œuvre…

Et enfin à…

Christine Faure et Geneviève Assier, splendides cousettes, épouses indulgentes, amies ; à Nathalie Thomas, présidente de la MJC de Venteuil ; à Nathalie Léger-Liébart, présidente de l’association Écolibri ; à Corinne Demotier et Delphine Boever, respectivement maires de Germaine et Louvois ; à Marie-José Grandcoing, pour son énergie ébouriffante et son soutien sans faille ; à Philippe Brugnon et Renaud Péhu, artisans de l’invasion de Rilly-la-Montagne par les hordes théâtrales ; à la Mairie de Rilly-la-Montagne ; à la Communauté de communes de la grande vallée de la Marne ; à l’Association ACJR ; à l’Association Écolibri ; au Centre culturel numérique Saint Exupéry ; à l’École de musique de Rilly-la-Montagne ; à la MJC Intercommunale d’Aÿ ; à la Région Champagne Ardenne ; au Département de la Marne ; à la Direction régionale des affaires culturelles de Champagne Ardenne ; à la Mission Centenaire « Label 14-18 ».

 
Mentions légales
©2012-2017 — DA4P — Sébastien Weber
Administration | OX-Da4p