Titre1

Conte pas là-dessus

  • Présentation

  • Dossier

  • Comptes-rendus

  • Photos

  • Vidéos

  • Presse

  • Texte

  • Communication

  • Diffusion

  • Journal

  • F. Tech.

  • Répétitions

  • Avis

  • Artistes

  • Bureau

  • Administratif

  • Contacts

  • Actualités

  • Spectacles

 
Création
Créé en octobre 2018 au 26 à Épernay
Texte et mise en scène
de Élodie Cotin
Télecharger
Texte

Du l'importance d'un tabouret…

Une princesse caractérielle qui va sur ses seize ans. Un prince trop petit qui court le monde en quête d’aventures. Une reine acariâtre. Une sorcière sans talent. Une fée lamentable. Un dragon placide…

Dans ce conte de fées, on ne croisera ni Blanche-Neige ni Charmant, mais quantité de personnages hauts en couleurs bien décidés à dépoussiérer l’univers des frères Grimm.

Dans la chambre de la princesse

La princesse. – Et t’ai-je dit qu’il serait beau ?

La suivante. – Oui, vous l’avez dit.

La princesse. – Et valeureux ?

La suivante. – Oui, aussi.

La princesse. – Et amoureux ?

La suivante. – Oui.

La princesse. – Et grand ? Et fort ? Et miséricordieux ? Et intelligent ? Et paisible ? Et…

La suivante. – Oui, oui et oui ! Et aussi : brave, sympathique, bon danseur, excellent gestionnaire, bon cavalier, admirable chanteur, délicieux cuisinier, très bien habillé, et…

La princesse. – Et brun ? Je t’ai dit qu’il serait brun ?

La suivante. – Oui, majesté, ça aussi vous l’avez dit. Et le reste aussi : avec des yeux marron, légèrement bronzé, guère poilu et la mâchoire décidée…

La princesse. – Et la fossette ? Je t’ai parlé de la fossette ?

La suivante. – Oui, de la fossette aussi ! Majesté, c’est impossible, vous ne savez même pas a quoi il va ressembler ! Si ca ce trouve, votre prince sera petit, laid, gras, avec une mauvaise haleine. Alors…

La princesse. – Bien sûr que non ! Idiote !

La suivante. – Ah oui ? Et pourquoi pas ?

La princesse. – Parce que je suis la princesse Blanche-Fleur et que je vais épouser un prince charmant et qu’un prince charmant c’est beau et brun et grand et voilà !

La suivante. – C’est tout ?

La princesse. – Mais oui !

La suivante. – Et les princes transformés en crapauds, hein ?

La princesse. – Je l’embrasserai !

La suivante. – Bon. Et Riquet-à-la-Houppe ? Il était moche, celui-là…

La princesse. – Mais en épousant la princesse il est devenu beau.

La suivante. – Pas faux. Et si comme dans la belle au bois dormant il doit tuer un dragon ?

La princesse. – Il le tuera.

La suivante. – Et s’il est blessé ?

La princesse. – Je le soignerai !

La suivante. – Et s’il ne guérit pas ?

La princesse. – On appellera les fées !

La suivante. – Et si elles ne sont pas là, si elles sont au congrès des fées hein ?

La princesse. – Aucune chance.

La suivante. – Pourquoi ?

La princesse. – Parce que le congrès des fées a lieu tous les mille ans et que le dernier était il y a trois ans !

La suivante. – Ah oui, c’est vrai…

La princesse. – Alors, tu vois bien que j’ai raison. Oh, non !

La suivante. – Quoi ? Il n’a pas eu lieu il y a trois ans, le congrès ?

La princesse. – Si, mais je voulais offrir à mon prince un médaillon. Il faut vite que je le commande. Un médaillon avec mon portrait. Qu’en penses-tu ?

La suivante. – Très bonne idée. Autant qu’il ait l’image, mais pas le son.

La princesse. – Comment ?

La suivante. – Non, je disais un médaillon, c’est très parlant. Il aura continuellement votre royale beauté sous les yeux.

La princesse. – Oui, c’est le but.

La suivante. – Misère !

La princesse. – J’ai l’impression que cela t’ennuie de parler de mon mariage !

La suivante. – Pensez-vous ! Je suis folle de joie à cette idée, vivement que ça arrive ! Je n’en peux plus d’attendre moi aussi…

La princesse. – Tu est gentille.

La suivante. – Mais pourquoi ne pas nous promener un peu? Ou je ne sais pas, faire du shopping au village ?

La princesse. – Tu n’y penses pas ! S’il arrivait maintenant et que je ne sois pas là ?

La suivante. – Bah, il attendra.

La princesse. – Ah non, jamais ! Je ne ferai pas attendre mon prince !

La suivante. – Bon, alors, on pourrait manger quelque chose, ça le fera venir.

La princesse. – Tu es folle, ma robe de mariée est prête, je ne veux pas grossir.

La suivante. – Et s’il aime les grosses ?

La princesse. – Non ! Il n’aimera que moi et je ne suis pas grosse, tu entends ? Je suis parfaite, je suis la princesse Blanche-Fleur et je suis l’incarnation de la grâce, de la beauté de la gentillesse.

La suivante. – Et de la douceur… Oui, pardon, parfois j’ai tendance à oublier…

La princesse. – Je te pardonne, car je suis bonne et douce.

La suivante. – Merci, majesté.

La princesse. – Où en étions-nous ? Ah oui, le prince ! Je t’ai dit qu’il aurait un grand cheval noir ?

Voir aussi : Bouddhisme ∗ La chanson d'Albertine ∗ Polar ∗ Une chance au braquage

 
Mentions légales
©2012-2018 — DA4P — Sébastien Weber
Administration | OX-Da4p